Des fonds européens pour lutter contre le décrochage scolaire à Leuze

    décrochage scolaire

     

    Les subsides de l’Europe permettent aux écoles de mettre en place des projets pédagogiques que les FWB ou les Pouvoirs Organisateurs ne peuvent assumer. Une opportunité que saisissent ainsi les établissements scolaires en remplissant des appels à projets par l’intermédiaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et son Centre de Coordination et de Gestion des Programmes Européens.


    Après sélection, c’est ainsi que l’Athénée Provincial de Leuze en Hainaut vient de se voir attribuer une subvention de 115.000 euros dans le cadre de l’appel à projets « Lutte contre le décrochage scolaire – Amarrages ». Projet que l’APL a décidé d’intituler « Après tout, l’école c’est pas si mal ».

    Cette subvention permettra l’engagement d’un professionnel dont la mission spécifique sera la lutter contre le décrochage scolaire. « L’objectif sera de travailler en amont du décrochage, faire en sorte que cela n’arrive pas », précise l’Athénée de Leuze dans son formulaire de candidature. « Pour ce faire, il faut que le jeune se sente bien dans l’établissement scolaire : on prend soin de moi à l’école et donc je compte ! ».

    Pour y arriver, plusieurs éléments devront être mis en place dans l’école. Comme le fait de travailler l’empathie, travailler l’image de soi, créer une dynamique de soutien, initier des collaborations entre élèves ou créer un lien privilégié avec les parents.

    Le décrochage scolaire est un véritable phénomène de société. Aucune école n’y échappe. « Absentéisme récurrent, difficultés scolaires, perte du sens des apprentissages, détérioration de l’estime de soi sont autant de signes précurseurs du décrochage qu’il revient aux équipes pédagogiques de repérer et de traiter avec bienveillance », ajoutait la direction dans son rapport avant sélection.

    Dans un premier temps, la personne recrutée – pour la période 2018-2020 – devra identifier en interne et en externe toutes les ressources possibles. « L’idée étant qu’elle ait suffisamment de cordes répondant aux attentes / questionnements des jeunes susceptibles de quitter prématurément le navire ». Des partenariats sont ainsi prévus avec le CPMS provincial de Péruwelz, l’OASIS - un service d’aide à la jeunesse et le Safran – planning familial de Péruwelz. En interne, il s’agira de recourir à des outils pédagogiques comme « Le Cube ». Un produit qui aide à identifier et prévenir les comportements et situations qui peuvent conduire au décrochage. Notamment en facilitant le débat en classe, sur un thème délicat.

    Le public visé par cette vaste action sont les jeunes présentant un risque de décrochage scolaire ET les classes dans lesquelles ils sont inscrits. « C’est pourquoi un diagnostic individualisé sera mis en place dès les premiers signes par la personne ressource ». Au niveau de la classe, « des animations régulières seront organisées afin de maintenir la cohésion des groupes ».

    Ce projet s’inscrit clairement dans la continuité d’actions menées dans l’école précédemment ! En effet, l’Athénée provincial de Leuze a participé à plusieurs projets visant à accroître le bien-être du jeune dans la sphère scolaire. « Le climat scolaire positif, la lutte contre le harcèlement, l’absentéisme et le décrochage font ainsi partie intégrante de notre projet d’établissement », confie la direction.

    Le harcèlement scolaire est d’ailleurs une cause d’absentéisme récurrent et de longue durée pouvant déboucher sur le décrochage de l’élève. L’APL est donc particulièrement attentif à ce problème et s’est engagé dans différentes actions de lutte et de sensibilisation depuis 2014. « Notamment en formant professeurs, élèves, éducateurs, de manière conjointe, à l’écoute active. La Cellule Ecoute a ainsi vu le jour au sein de notre école. Elle reçoit les élèves souhaitant exprimer un mal-être naissant ou profond ».