Aficionadoc's : "Farine, sel, eau et savoir-faire" de Rino Noviello

    Aficionadoc's : "Farine, sel, eau et savoir-faire" de Rino Noviello

    Le vendredi 29 avril 2022, les élèves de l’IETS et de l’Institut Jean Jaurès se sont rassemblés pour le nouvel événement « Aficionadoc’s » organisé par la Bibliothèque Provinciale Alfred Langlois, Cinergie.be & PointCulture Charleroi. Une opportunité pour ces jeunes inscrits dans les options « Boulangerie » et « Sciences économiques » de nos écoles !

    Projection

    Après quelques minutes, le silence s’installe petit à petit. L’après-midi commence par la projection du documentaire réalisé par Rino Noviello : « Farine, sel, eau et savoir-faire ». Celui-ci met en exergue la dextérité nécessaire pour préparer du pain ainsi que la question du savoir-faire dans notre société d’abondance alimentaire actuelle. Dans son reportage, le réalisateur va à la rencontre d’un jeune boulanger, Sébastien ainsi que du paysan céréalier, Pierre, du meunier, Joseph, et du paludier, Pascal, qui lui fournissent ses matières premières.

    Au travers des images, l’intérêt du pain, de son goût, de sa richesse nutritionnelle, de son importance symbolique et de la provenance de ses ingrédients semble bel et bien attesté. On se rend compte que la patience, la passion et l’attention sont des éléments essentiels pour « La mie qui roule », le projet de microentreprise de Sébastien qui est un atelier-roulotte de boulangerie.

    Teaser : https://youtu.be/iZc-LsExdf0

    Débat

    Suite à la projection, le public a d’abord eu l’occasion de goûter du pain artisanal et du pain industriel pour se rendre compte de la différence de saveurs. Ensuite, un débat animé a eu lieu entre les élèves de nos écoles, les citoyens présents pour l’occasion, Rino Noviello qui nous a fait l’honneur de sa présence ainsi que Bruno Van Wilder, céréalier-meunier de Clermont et Philippe Genet, artisan boulanger de Macon. Commençant par des questions précises sur le documentaire, le débat est vite arrivé à des interrogations de plus grande envergure, notamment sur la viabilité d’un projet local comme « La mie qui roule », la notion de durabilité ou encore l’obsolescence de l’Homme à cause de l’évolution technologique de notre société. Les différents intervenants se sont prêtés au jeu et ont tenté d’amener des éléments de réponse aux jeunes en réel besoin de « positive attitude » dans cette société malade qu’est la nôtre.

    Comme mots de la fin, nous retiendrons une composante centrale du discours des différents intervenants : l’évolution de la société n’est pas inéluctable, c’est aux individus et plus particulièrement à la jeunesse représentant les citoyens de demain de faire des choix de société réfléchis pour amener la philosophie moderne à s’adapter favorablement.