Randonnées d'échanges

    IPCD FEDASIL

     

    Une dizaine d'élèves de l’Institut provincial Charles Deliège de Binche ont enfourché leur vélo et passé deux nuits sous tente. Objectifs : lutter contre le décrochage scolaire, améliorer les relations entre élèves mais aussi avec les profs tout en réalisant des activités de remédiation et culturelles sur le terrain. Quatre jeunes du Centre Fedasil de Charleroi les ont accompagnés dans cette aventure insolite pour ouvrir les élèves aux problèmes d'actualités et à la diversité culturelle. Le bivouac était installé à Marche Lez Ecaussines.


    Cédric Talpaert, enseignant à l’IPCD et porteur du projet, souhaitait permettre à deux mondes de se rencontrer et, de cette façon, faire comprendre des réalités différentes à des jeunes qui sont en manque de repères et de reconnaissances. Les secteurs de l’enseignement qualifiant et de l’asile sont souvent confrontés à des idées reçues qu’il convient de déconstruire. Ce type de projet vise donc à réunir une jeunesse qui n’est pas si différente.

    "Notre classe de 3è professionnelle Peinture est particulièrement touchée par la problématique du décrochage, constate-t-il. Les taux d’échec et d’absence sont inquiétants, j’ai donc voulu organiser avec mes collègues une activité de cohésion et d’ouverture culturelle".

    Au programme : installation du campement, barbecue, aide à la ferme, balade à vélo jusqu’au plan incliné de Ronquières, découverte d’Ecaussines, de son Château Fort et de ses environs, démontage du bivouac et retour à vélo !

    Afin de sensibiliser les élèves aux problèmes que peuvent rencontrer d’autres jeunes et de les ouvrir à la diversité, j’ai tenu à ce que l’action soit menée conjointement avec le Centre Fedasil de Charleroi", précise l’enseignant. De nouvelles amitiés sont nées. Une tente était destinée aux encadrants. Les deux autres, aux garçons de l’IPCD et du Centre. Nous leur avons laissés libre-choix et ils se sont directement mélangés ».

    A la fin du séjour, les ensignants ont constaté un changement positif dans le comportement des élèves, davantage empathiques.

    Les profs ont apprécié voir les jeunes repousser leurs limites et les rencontrer sous un angle différent de la classe "où parfois, ils peuvent entrer dans une certaine routine de provocation, souligne Mr Delafontaine. Ici, ils ont relevé des défis et des interactions se sont naturellement créées entre les deux groupes ».

    Cette expérience a permis à des jeunes de se rencontrer, de partager et de se soutenir mutuellement pour surmonter des moments parfois plus difficiles.