Cours de citoyenneté : le rôle de la prom' soc dans sa mise en oeuvre

    Neutralité

     

    Le cours de citoyenneté sera officiel à la prochaine rentrée dans le fondamental. Pour le secondaire, il faudra attendre septembre 2017.

    Parmi les objectifs de l'enseignement de promotion sociale ; répondre aux besoins des secteurs professionnels et aux demandes en formations qui en découlent. Un opérateur de choix, donc, pour dispenser la formation à la "neutralité" que doivent suivre les enseignants du cours de citoyenneté.

    Chez nous, à l'IPSMa ps, Madame Marie-Laure Gras assure ce cours tout le mois de juin. Psychopédagogue, elle a notamment exercé au sein du Bureau Pédagogique de la Province de Hainaut. Elle explique que "la formation à la neutralité offre aux enseignants une matière à réflexion riche sur des questionnements personnels, philosophiques et éthiques. L'éducation à la philosophie et à la citoyenneté ne peut se cantonner à un simple échange de savoirs mais doit permettre la pratique, l'échange de points de vue, d'expériences riches de sens sur des questionnements philosophiques mais aussi religieux".

    Le programme du module "neutralité" se base notamment sur les grands textes fondateurs de la démocratie. Une formation qui devrait permettre à l'enseignant de susciter, chez l'élève, l'esprit critique. Un des principes défendus par l'enseignement provincial. Un enseignement dont le caractère est par essence neutre, garantissant le respect des convictions personnelles de chacun. "Il est essentiel d'obtenir une meilleure approche de l'autre quel qu'il soit, d'être plus tolérant pour mieux vivre ensemble", souligne à cet effet la formatrice, qui a enseigné pendant 5 ans aux Etats-Unis.

    Marie-Laure Gras est en charge du cours de neutralité à l'IPSMa ps depuis 2011. Son parcours professionnel multiple donne du fond à la matière qu'lle enseigne : elle a également travaillé en planning familial et a été asistante à l'UMons.