Retour en présentiel à l'institut de Nursing du Centre

    Retour en présentiel à l'institut de Nursing du Centre

    La Louvière : retour au présentiel à l’Institut de Nursing du Centre


    Après des mois de cours en formule « hybride », entre présentiel et distanciel, toutes les classes de secondaire ont repris le chemin de l’école, ce lundi matin. C’était le cas à l’Institut Provincial de Nursing du Centre, où les 400 élèves de l’implantation louviéroise seront désormais présents, chaque jour.  
    Des classes au complet. Une ambiance que les élèves de 3ème secondaire et plus n’avait plus connue depuis le mois de novembre 2020. Après le stress matinal et l’appréhension face à ce nouveau changement, au cours d’une année chahutée, les étudiants reprennent leurs marques et apprécient ce retour à une certaine normalité.  
                    « Déjà, on a la sociabilité, se réjouit Wendy, élève de 6ème année. On peut parler et voir les professeurs. En présentiel, le professeur peut mieux nous expliquer qu’en distanciel. ».
                    « Le problème en distanciel, c’est qu’on est dans notre chambre toute la journée, poursuit Mael, de la même classe. Même quand les cours sont terminés, on a la sensation de ne jamais quitter l’école. En classe, on est avec les autres et ça fait du bien ! »
    La reprise est encadrée pour conserver de bonnes conditions sanitaires. Port du masque, aération des bâtiments, et sens de circulation restent d’application. Mais le suivi pédagogique et psychologique des élèves est également au centre des préoccupations de l’équipe éducative.  
                    « Les élèves peuvent prendre contact avec le centre PMS pour exprimer leur mal-être, nous explique Sébastien Stordeur, directeur de l’IPNC. Pas mal d’élèves ont décroché. Il faut les ramener vers l’école, retrouver le rythme scolaire et le lien social qui leur a manqué. »
    A quelques semaines des vacances d’été, l’Institut Provincial de Nursing du Centre souhaite mettre à profit la présence effective des élèves pour soutenir les éléments en difficulté et leur proposer des plages de remédiation.
                    « Il y aura des bilans « diagnostics » pour voir où ils en sont, nous confirme Sébastien Stordeur. C’est là que nous allons cibler les difficultés des élèves pour essayer de répondre à leurs attentes, à travers la remédiation, et les aider dans leur parcours scolaire à venir. »
    Les élèves, eux, sont partagés entre le soulagement du retour à l’école, l’espoir d’une reprise définitive et l’inquiétude face aux prochaines échéances.
                    « Je ne croyais pas que ce serait possible mais c’est bien organisé. Je suis contente que ça se passe comme ça, nous confie Wendy. »
                    « On a reçu le planning des examens assez tard. Et, avec le retard accumulé pendant l’année, je stresse un peu, s’inquiète Mael ».
    Une année scolaire 2020-2021, décidément bien particulière pour les élèves, professeurs et directions.