L'évolution des plantations de la forêt de Miyawaki et de l'hôtel à insectes

    L'évolution des plantations de la forêt de Miyawaki et de l'hôtel à insectes

    La forêt Miyawaki de l’Institut Jean Jaurès se porte bien malgré la sécheresse. Un an et demi après la plantation, les arbres ont bien grandi. Les arbres de bordure ont joué leur rôle protecteur en préservant le corps de la microforêt. Des feuilles ont séché coté sud, mais elles vont repousser au printemps prochain.

    Les feuilles ont tendance à pendre verticalement pour mieux résister à la chaleur quand les conditions climatiques sont difficiles. C'est une adaptation fréquente en période caniculaire. Les arbres retrouvent leur port normal dès que le sol s'humidifie enfin. Les arbres perdent aussi leurs feuilles quand il fait vraiment trop chaud, comme en période de gèle. Normalement, elles repousseront dès que le climat redevient plus humide ou au printemps prochain.

    La proximité entre les arbres permet de retenir un peu de fraîcheur à l'ombre du feuillage. La densité offre une protection contre le vent tout autour pour que l'intérieur soit mieux protégé.

    Le désherbage effectué avant les vacances ainsi que le nouvel apport de copeaux de miscanthus, pour renforcer le paillage, ont également contribué à la bonne résistance des arbres face à la sécheresse.

    En comparaison, une photo d’un arbre planté de manière plus traditionnelle qui a beaucoup plus souffert de la chaleur.

    4444

     

    L’hôtel à insectes a continué à jouer son rôle mais les plantes ont été plus touchées par le manque d’eau. On espère qu’elles reviendront à elle au printemps prochain.

    • N’hésitez pas également à nous suivre sur Facebook et Instagram : @ijj.etudierenhainaut.