La Samaritaine implique ses élèves dans l’élaboration du règlement de l’école

    La Samaritaine implique ses élèves dans l’élaboration du règlement de l’école

     

    Les délégués de classe élus au sein de l’Institut d’enseignement Provincial La Samaritaine prennent leur rôle citoyen très au sérieux. En concertation avec leur professeur de français, ils ont proposé plusieurs changements au sein de l'école. Le dernier en date : la conception d’une charte sur les tenues vestimentaires !

    Marie Carbini, professeur de français : " j'ai commencé, en 2017, en collaboration avec le professeur de cours de citoyenneté et de philosophie et les titulaires, à proposer aux délégués de classe de s'impliquer dans la vie de l'école. Lors des réunions avec les délégués de classe, on parle de leur rôle tout au long de l’année. Ils sont invités à donner leurs idées pour instaurer un climat de bien-être au sein de l’école. Et on voit ensemble ce qui est réalisable".

     

    C’est d’ailleurs dans ce sens que bon nombre d’améliorations ont été mises en place ces dernières années :


    • Modification des sanctions pour les arrivées tardives dans le ROI
    • Réagencement du mess en concertation avec le responsable,
    • Mise en place d’un système de création casiers pour y déposer les téléphones portables durant les heures de cours
    • Rédaction d'une charte de bonne utilisation des GSM,
    • Ecriture d'une chanson pour remercier les élèves infirmiers lors de leur stage
    • …

     

    La dernière demande d’action en date : la conception d’une fiche sur les tenues vestimentaires à adopter au sein de l’établissement.

    "Les délégués et moi avons constaté un débordement de la part de certains élèves. A l’école, il y a des limites à ne pas franchir ! Mode ou pas mode".

    Une affiche de sensibilisation a ainsi été réalisée par les délégués en collaboration avec le professeur d'artisanat et la cellule communication Hainaut Enseignement. Elle explique concrètement ce qu'il est interdit de porter et pourquoi : crop top, couvre-chefs, mini-jupes, short courts, tongs … les signes d’appartenance religieuse ne peuvent non plus être exhibés.

    "La coordinatrice de discipline de notre école a encadré les élèves pour la rédaction de la charte. Pour l’anecdote, nous avons du modérer leurs requêtes car ils étaient plus stricts que nous », souligne avec humour Marie Carbini.

    Véritable exercice de participation démocratique, cette charte sera inscrite dans le règlement d’ordre intérieur de l’école et noté dans le journal de classe. Une action concrète et motivante pour nos jeunes délégués.