1er Degré

    Présentation

    Afin de rencontrer les objectifs essentiels du Contrat pour l’Ecole, le premier degré de l’enseignement secondaire a été profondément modifié.

    Le premier degré s’inscrit dans un continuum pédagogique en trois étapes qui recouvre l’entrée dans l’enseignement maternel à la fin de la 2e année primaire (1ère étape), la 3e à la 6e année de l’enseignement primaire (2e étape) et les deux premières années de l’enseignement secondaire (3e étape).

    La réforme du premier degré prévoit d’abord l’organisation d’une année complémentaire (1S ou 2S), au terme de la première ou de la deuxième années communes (1C ou 2C), au bénéfice des élèves qui éprouvent des difficultés à atteindre les compétences visées à la fin de la troisième étape du continuum pédagogique.

    Par la prise en compte de ses besoins spécifiques et l’établissement d’un Plan Individuel d’Apprentissage, l’année complémentaire doit aider l’élève à combler les lacunes constatées et à s’approprier des stratégies d’apprentissage efficaces. L’année complémentaire n’est pas un redoublement de l’année antérieure.

    Elle prévoit également l’organisation d’un premier degré différencié qui vise prioritairement à conduire les élèves à la maîtrise des compétences de la fin de la deuxième étape du continuum pédagogique.

    Les grilles horaires tiennent compte de l’importance accordée à l’acquisition des compétences de base, particulièrement en français et en mathématiques tout en accordant une souplesse suffisante pour permettre une adaptation des grilles aux spécificités des élèves de ce premier degré différencié.

    L’objectif principal de ce premier degré différencié est avant tout de permettre aux élèves qui ne sont pas porteurs du Certificat d’Etudes de Base (CEB) de l’acquérir.

    Une fois titulaire de ce Certificat, l’élève intégrera le parcours commun (1C ou 2C). Toutefois, ce premier degré différencié vise aussi à permettre à chacun l’accès tant à l’enseignement qualifiant qu’à l’enseignement de transition.

    Enfin, pour les élèves qui, après avoir fréquenté le premier degré durant trois ans et n’ont pas atteint le niveau de maîtrise attendu, celui-ci est orienté vers une 3ème professionnelle au sein du deuxième degré.

    En conclusion, ce projet vise à conduire les élèves, et notamment ceux qui éprouvent des difficultés, à la maîtrise des compétences de la fin de la 3ème étape du continuum pédagogique (CE1D).

    Il définit un cadre précis et souple qui permet aux équipes éducatives d’initier des méthodes ou des projets originaux destinés à placer chaque élève dans un processus d’apprentissage scolaire émancipateur et porteur de succès.

    Projets

    Depuis l’année académique 2009-2010, le 1er degré a mis en place le projet d’approche orientante.

    L’approche orientante est une démarche visant à accompagner l’élève dans son développement de réfléchir sur son avenir professionnel.
    Le projet d’approche orientante demande à toutes les personnes côtoyant le jeune de s’impliquer : les parents, les amis, les professeurs…. car tout le monde a un rôle à jouer dans le développement des élèves.

    Pourquoi faire de l’orientation ?

    De nombreux élèves abandonnent l’école, et ce principalement dans les filières techniques et professionnelles.
    Abandonner l’école n’est pas uniquement quitter l’établissement , c’est aussi le décrochage, le manque de motivation et l’absence de but professionnel, le mauvais choix d’option et peut-être même d’établissement scolaire…. En un mot, un jeune qui abandonne l’école, c’est un jeune qui ne s’y retrouve pas.
    L’école doit donc veiller à ce que tous les élèves puissent s’orienter de manière adéquate.

    L’approche orientante en trois buts

    L’approche orientante vise à une meilleure orientation de l’élève en le remotivant au niveau de ces études.
    La démarche d’approche orientante comprend trois phases qui l’aideront dans son processus d’orientation :

    le jeune doit d’abord apprendre à se connaître lui-même.

    ensuite, il apprendra à connaître le monde de l’école et le monde du travail.

    enfin, il prendra des décisions qui influenceront de façon positive son futur.

    Concrètement…

    Au sein du milieu scolaire, le jeune pourra, à travers ses cours généraux et ses options, mais aussi lors de ses rencontres avec les membres des CPMS, développer sa connaissance de lui-même et de son identité afin de tisser, petit à petit, des liens entre sa formation scolaire et ses aspirations professionnelles.

    L’approche orientante sera mise en œuvre lors d’activités ayant du sens pour l’élève.
    En effet, celui-ci apprendra à faire des liens entre ce qu’il connaît déjà, ce qu’il va apprenre à l’école et ce qu’il devra maîtriser pour pouvoir exercer son métier futur.

    L’approche orientante va donc aider l’élève à développer sa réflexion : le jeune pourra, de cette façon, mieux saisir l’utilité de ses apprentissages.